Elections Régionales du 06 et 13 décembre 2015 - Je serai candidat sur la liste NOUVELLE DONNE , jeune parti qui a pu voir sa naissance grâce à Stéphane Hessel - Les INDIGNES - Pierre Larrouturou - économiste , ..... Ce blog sera consacré pendant quelques mois aux échanges participatifs entre la population de la Dracénie et Patrick Boulet dans le cadre des élections régionales du 06 et 13 décembre 2015. Sujets d'actualités locales, nationales, billets...

CM du 12.04 (2) - Compte rendu SAIEM

draguignan-8.jpgIntervention de J.Pozzana


On rappelle que la 1ere OPAH a été initiée en1994 par  Christian Martin et cela fait 3 ans que la 3eme OPAH a été prolongée  jusqu’  en juin 2009.( une CPA- CONVENTION PUBLIQUE D’ AMENAGEMENT) a été signée en octobre 2004 pour une durée de 7 ans et devait s’ achever en octobre 2011. La nouvelle convention doit être précédée d’ une mise en concurrence ouverte équitable, ce qui n’a pas été fait précédemment. ( les démarches de publicité conformes aux dispositions de la directive européenne n’ avaient pas été effectuées. ??? Où en est- on exactement aujourd’ hui  de cette CPA ?

 Dans le compte rendu annuel, il est fait état ( rapporté)  à la page 5 des problèmes de désordres dans les bâtiments de la rue de trans et rue des chaudronniers, si bien que certains riverains ont engagé des procédures.

Je vais donc me permettre de faire un petit historique de cette affaire, étant donné que certains riverains m’ ont alerté il y a de cela 1 an environ, et m’ ont fait constater sur place, de visu, ces nuisances…

 

 

Les problèmes

 

Lors de l’ opération de RHI ( résorption habitat insalubre) concernant le site3- trans /chaudronniers, de graves désordres sont apparus sur les bât existants dans ces 2 rues, occasionnés par la construction de bât neufs.

Il ne faut pas être grand clerc pour constater  au n° 10 de la rue de Trans qu ‘ il n’ y a pas de bétonnage , pas de confortement entre l’ immeuble neuf, et l’ immeuble ancien n° 10.Le constructeur a estimé que ce bétonnage n’ était pas indispensable, or s’ il avait respecté les règles parasismiques,( il aurait fallu), il aurait dû, avant de procéder à la démolition, stabiliser le pâté de maisons du n°10 jusqu’à la rue des marchands.

Des procédures sont en cours et actuellement la SAIEM se retourne contre l’ entreprise, le constructeur, (ces derniers) se retournant  contre le cabinet qui a fait les plans etc...

Les dégâts sont considérables, les travaux seront très coûteux , jusqu’ à 400.000e par bât dégradé.

On cherche donc les responsables. Un réunion a eu lieu Vend dernier avec expert, personnes qui ont travaillé à la construction, riverains, avocats…( Varo absent ?)

Les responsables de la Saiem assurent qu’ ils seront là pour  assumer leurs responsabilités.

Comment les croire( leur faire confiance) quand on sait qu’ ils étaient venus sur place constater les désordres occasionnés par le constructeur dans la 1ere phase , rue des chaudronniers ,  et qu’ ils ont laissé par légèreté ou incompétence  l’ entse  Dumez réaliser dans la rue de trans des immeubles sans prendre davantage de garanties- précautions.

Aujourd’ hui, l’ argent qu’ils n’ ont pas mis pour faire les choses correctement, ils seront obligés de le mettre en double ou en triple pour assumer leurs responsabilités. Rappelons au passage que la ville de Drag est actionnaire pour 39 % dans la Saiem.

Aujourd’ hui c’ est à peu près 15 familles qui sont touchées, qui vivent avec leurs enfants dans l’ insalubrité, logements avec fissures dans lesquelles on peut passer la main, moisissures des murs trempés qui pourrissent, planchers qui bougent…sans oublier le surcoût de chauffage…Il est à noter qu’ un des responsables de la Saiem avait promis de rembourser les frais de chauffage à ces pauvres gens, qui ont espéré en vain !!! ( attendent toujours)

Certains locataires ont pu partir, les autres sont obligés de rester par manque de moyens, les loyers dans ce quartier sont en effet peu chers( 400€ environ).

Etre Maire, ça n’ est pas seulement faire de beaux discours, vivre dans des beaux quartiers, être le locataire d’ une mairie agrandie et chèrement rénovée, c’est aussi et surtout prendre en considération ceux qui souffrent, et tout faire pour améliorer leurs conditions de vie, aussi bien pour les habitants de ce quartier ancien, que pour ceux qui vivent la peur au ventre dans les quartiers sinistrés déjà  à  2 reprises par les inondations. Si j’ en parle une fois de plus c’ est parce que mardi soir à 23h, j’ ai reçu l’ appel angoissé d’ un habitant du Pissadou des ânes, affolé  par la violente pluie qui ne cessait de tomber, dont l’ épouse était allée se réfugier chez sa mère,  et qui attendait, après avoir déplacé quelques meubles, rassemblé quelques dossiers importants, et placé une martelière devant son portail, il attendait, désespéré, la montée des eaux…

PEUT –ON VIVRE AINSI ?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article