Elections Régionales du 06 et 13 décembre 2015 - Je serai candidat sur la liste NOUVELLE DONNE , jeune parti qui a pu voir sa naissance grâce à Stéphane Hessel - Les INDIGNES - Pierre Larrouturou - économiste , ..... Ce blog sera consacré pendant quelques mois aux échanges participatifs entre la population de la Dracénie et Patrick Boulet dans le cadre des élections régionales du 06 et 13 décembre 2015. Sujets d'actualités locales, nationales, billets...

CM du 7 avril (2) - Budget primitif 2010

 

draguignan-8.jpgIntervention de Jackie Pozzana pour le groupe : C.Martin - J.Pozzana  - P.Boulet - M.Rougemont

 

Budget primitif pour 2010

 

 

1 - Avec le budget pour 2010, les finances de la commune de Draguignan sont véritablement confrontées aux premiers effets de la crise qui viennent obérer ses recettes, ce qui n’était pas encore vraiment le cas l’année dernière.

 

Ces difficultés conjoncturelles surviennent dans un contexte où les finances communales restent été gravement déséquilibrées par la gestion des années antérieures, malgré l’austérité brutale imposée en 2009.

 

Ainsi est-il prévu que les recettes réelles de fonctionnement inscrites au BP de 2010 seront en baisse de 1,1 % par rapport à leur montant de 2009 enregistré au compte administratif.

 

Toutefois, le manque de ressources financières ne vient pas des impôts locaux. Le produits des contributions directes continue de s’élever à un rythme ralenti, certes, mais qui reste substantiel : + 2,9 %.

 

Ce sont les dotations de l’Etat qui se dérobent (elles régressent de 2,7 %) alors que la commune aurait davantage besoin de la solidarité nationale. Ainsi, la dotation forfaitaire, la plus importante (6,3 M€), qui devrait au moins suivre le taux de l’inflation, recule de 0,7 %. La dotation nationale de péréquation (1 M€) perd 3,8 %. La dotation de compensation  au titre de la taxe professionnelle (360.000 €) s’effondre de 9 %.

 

Ce recul des concours financiers de l’Etat, dont la municipalité de Draguignan va subir les effets cruels, sont l’application des décisions de l’actuel gouvernement. On n’est jamais trahis que par les siens !

 

 

2 - Les dépenses réelles de fonctionnement devraient reprendre leur mouvement à la hausse. Elles devraient passer de 30,7 M€ au CA de 2009 à 31,1 M€ au BP de 2010.

 

Cette nouvelle croissance des dépenses, de 1,3 %, qui survient après l’exercice de rigueur imposé l’année dernière, est paradoxale alors que les recettes réelles vont baisser, ce qui n’était pas le cas en 2009.

 

Pour financer l’écart entre les recettes de fonctionnement (en baisse) et les dépenses de fonctionnement) en hausse, la municipalité utilise l’intégralité de l’excédent dégagé à l’issue de l’exercice précédent. Elle consomme donc toutes ses marges de manœuvre. Sauf surprise exceptionnelle, il lui sera impossible de financer un budget supplémentaire au cours de l’exercice 2010. 

 

 

3 - Les charges à caractère général (frais de gestion) se remettent à croître à un rythme très rapide (+ 7 %), soit de 7,9 M€ au CA de 2009 à 8,4 M€ au BP de 2010.

 

En ce qui concerne le train de vie de la mairie, il semblerait que la cure d’austérité soit déjà terminée :

   

      Fêtes et cérémonies : 209.000 €→331.000 €, soit + 58 %

      Les frais de téléphonie : 110.000 €→ 150.000 €, soit + + 36 %

      Le nettoyage des locaux : 197.000 €→239.000 €, soit + 21 %

 

   

 

Dans ces conditions, on peut se demander légitimement si les économies obtenues en 2009 ont été réelles ou bien ont résulté en partie d’un effet affichage, voire même ont consisté à reporter des factures sur l’année suivante.

 

Si tel n’est pas le cas, la municipalité doit expliquer pourquoi ces dépenses de gestion sont en hausse si forte alors qu’elle devrait montrer l’exemple de la rigueur qu’elle impose à la population.

 

 

4 - Les associations dracénoises, quant à elles, ne seront pas épargnées en 2010. Elles ont déjà dû payer un lourd tribut l’année dernière puisque le montant effectif des subventions qui leur ont été attribuées est passé de 1.584.000 € en 2008 à 1.241.000 € en 2009, en baisse de 22 %. Il devrait encore baisser de 11 % en 2010, à 1.103.000 €.

Nous remarquons cependant qu’avec le CCAS  l’enveloppe globale des subventions est restée la même 1.973.000 € en 2009 et 2.053.000 € en 2010, mais la subvention attribuée au CCAS est en hausse pour combler le trou de 150.000 € (subvention passée de 800.000à 950.000 €).

 Par voie de conséquence, cela s’est fait au détriment des subventions versées  aux associations qui se trouvent donc pénalisées, même celles à vocation caritative.

Quelques exemples :

Le secours populaire passe de 2500 € à 1700€

L’entraide dracénoise  de 5000 € à 4000 €

Saint Vincent de Paul, etc…

 

C’est pourquoi nous vous demandons ou plutôt nous vous redemandons(malgré le tollé qu’a soulevée cette requête une 1ere fois) au nom de la solidarité, et pour moins de précarité, d’accepter de baisser vos indemnités, pour aider ces associations qui permettent aux plus démunis de vivre ou de survivre. Geste symbolique de générosité et d’altruisme qui serait apprécié des dracénois. 

 

 

5 - Il est prévu aussi que les charges de personnel reculent de 2,1 %, soit de 17,9 M€ à 17,5 M€. Dans ce domaine, la cure d’austérité est reconduite. Cependant, pour le moment, les effectifs de fonctionnaires titulaires baissent peu : ils devraient passer de 471 emplois pourvus à la fin de 2009, selon le compte administratif,  à 468 emplois pourvus en 2010 d’après le budget primitif.

 

Il faudra sans doute des années encore pour remédier aux conséquences des recrutements effrénés de la fin des années 2000.

 

 

6 - Les intérêts de la dette, inscrits a budget de fonctionnement devraient grimper 2.365.000 € au BP de 2010, contre 2.199.000 € versés au CA de 2009. Cette hausse importante (+ 7,5 %) appelle une explication alors que l’encours de la dette devrait encore baisser en 2010 (de 55 M€ à 51 M€).

 

 

7 - Le montant des investissements (total des opérations d’équipement, immobilisations corporelles, immobilisations en cours) devrait être au même niveau qu’en 2009 au CA (soit 6,1 M€ au lieu de 6,3 M€) essentiellement grâce au produits exceptionnels de cessions d’immobilisations d’un montant de 1,5 M€.

 

ET PUISQUE VOUS NE ME REDONNEZ JAMAIS LA PAROLE APRES VOTRE ANALYSE ,REFUSANT PAR LA MêME LE DEBAT DEMOCRATIQUE  , J’AJOUTERAI  QU’EN 2008, DANS LES 40 VILLES DE + DE 10.000 HABITANTS DONT LA TRESORERIE ETAIT EN TRES GRANDE DIFFICULTE , SUIVIES PAR LE RESEAU D’ALERTE DU MINISTERE DE L’INTERIEUR, IL Y AVAIT DRAGUIGNAN.

 ALORS QUE LA VILLE ETAIT AU BORD  DU DEPOT DE BILAN , VOUS AVEZ EU LE CULOT DE VOTER LE BUDGET 2008 EN EXCEDENT !   COMMENT PEUT-ON VOUS FAIRE CONFIANCE ?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article