Elections Régionales du 06 et 13 décembre 2015 - Je serai candidat sur la liste NOUVELLE DONNE , jeune parti qui a pu voir sa naissance grâce à Stéphane Hessel - Les INDIGNES - Pierre Larrouturou - économiste , ..... Ce blog sera consacré pendant quelques mois aux échanges participatifs entre la population de la Dracénie et Patrick Boulet dans le cadre des élections régionales du 06 et 13 décembre 2015. Sujets d'actualités locales, nationales, billets...

Histoires de campagne (2)

HollandeA propos du discours de N. Sarkozy sur l’école :

Alors déjà, on peut dire que notre Président est moins inspiré par l’Education que par d’autres thèmes de campagne. En effet, cette fois-ci, le discours ne dure qu’un peu plus de 40 minutes. C’est dommage, s’il n’avait pas oublié de parler entre autres des élèves présentant des difficultés graves et durables ou encore de ceux en situation de handicap, il aurait pu atteindre une durée plus raisonnable. Mais sans doute ne voulait-il pas revenir sur la suppression des Rased  (réseaux d’aide) qu’il supprime allègrement depuis 5 ans.

De plus, N. Sarkozy, reste fidèle à sa démarche qui consiste à opposer, à diviser les français et donc le pays. Ce soir c’est, d’une part, l’opposition recherchée entre les enseignants, les syndicats d’enseignants et les pédagogues avec les français qui transparaît. On n’est pas ici dans une démarche de solutions pour le monde éducatif, et donc pour la jeunesse de notre pays, mais bien dans un positionnement idéologique. Manque de bol, les études le montrent, les français font confiance à leurs services publics et donc à l’école à plus de 75%.
 D’autre part, le candidat-président sortant cherche également à diviser les enseignants du primaire avec ceux du secondaire. En effet, il nous ressort le fameux travailler plus pour gagner plus d’il y a 5 ans pour nous expliquer que les enseignants du secondaire ne vont plus travailler 18h semaine mais 26h et par là-même gagner 500€ mensuels de plus. Alors là il y a plusieurs problèmes :
- Déjà, soit  N. Sarkozy connaît  peu le monde de l’enseignement, ou alors le fait-il à dessein, lorsqu’il confond temps de travail [dans la classe (avec les enfants, affichage, rangement…), en réunions en veux-tu en voilà (conseils de cycles, conseils des maîtres, conseils d’école, conseils de classes, synthèses, équipes éducatives, équipes de suivi de la scolarisation, conférences pédagogiques…), rendez-vous avec les parents, liaisons avec les collègues, à la maison (préparations, corrections)] et temps de présence face aux élèves.
- A l’heure actuelle, enseignants du primaire et enseignants du secondaire, avec le même statut de professeur, gagnent la même chose. Maintenant, si parce que N. Sarkozy veut augmenter le temps de présence face aux élèves des enseignants du secondaire pour le mener à 26h semaine comme pour les enseignants du primaire, il va falloir, car sinon il va créer une nouvelle inégalité dans le pays, qu’il augmente également le salaire de tous les professeurs des écoles (à effectif constant puisqu’il annonce dans le même temps l’arrêt  du non remplacement d’un départ à la retraite sur 2 dans ce secteur) de 500€ mensuels. Mais où va-t-il trouver l’argent ?

Enfin, N. Sarkozy se targue de modernité. Ça, c’est comme quand il s’autoproclame le candidat du peuple. Donc la modernité en Education c’est prôner la polyvalence des professeurs du secondaire pour revenir 40 ans en arrière avec les PEGC (Professeur d’Enseignement Général de Collège) ; la modernité c’est nous ressortir le discours sentant la naphtaline du travailler plus pour gagner plus ; la modernité c’est nous dire que le monde à changer, que notre Education Nationale n’y est plus adaptée et n’avoir rien fait pendant 5 ans. Ah, mais si j’oubliais, il a fait puisqu’il a démantelé la formation initiale des enseignants, réduit le temps de classe, retiré l’histoire-géo des terminales scientifiques, mis à mal l’enseignement spécialisé… Encore une fois, comme avec les chômeurs à qui l’on dit que c’est de leur faute s’ils ne peuvent pas travailler et non aux gouvernants et à leurs politiques de l’emploi, on cherche et trouve des boucs émissaires, ici les enseignants, pour excuser la politique de casse des services publics dont l’école. Et bien non, ce n’est pas la faute aux enseignants si l’on vient aujourd’hui nous dire qu’il faut remettre des adultes dans les établissements scolaires alors qu’on les a soi-même enlevés pendant 5 ans.

Juste pour conclure, il ne faut pas oublier que les services publics sont la garantie de la Liberté, de l’Egalité, de la Fraternité, de la Solidarité et de la Laïcité dans notre pays et pour tous nos concitoyens. Vive la France et vivement le changement !

 

Avec l'aimable accord d'un lecteur sympathisant .

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Entièrement d'accord avec l'auteur de cet article.J'ajouterai que Sarkozy pense évidemment à 5 heures de cours supplémentaires ( et non aux heures que les Enseignants font déjà en plus des heures<br /> de cours et énumérées dans l'article).Sait-il combien il est difficile de faire accepter aux Professeurs les 2 heures supplémentaires qu'on leur impose déjà? Sait-il que 8 heures de cours, cela<br /> représente au moins 2 classes supplémentaires selon la discipline avec les préparations et les corrections que cela suppose? S'il ne le sait pas, j'espère que les Enseignants ne seront pas dupes et<br /> réfléchiront rapidement aux conséquences d'un choix qui leur accorderait 500euros supplémentaires.<br /> Tous les jours il nous propose la solution miracle qui va tout changer alors que la seule solution est de CHANGER RAPIDEMENT DE PRESIDENT!
Répondre